Focus ~ Le Château de Fontainebleau & son Parc

Prêt à découvrir virtuellement le château de Fontainebleau et son parc et le premier regard s’arrête sur l’escalier en fer-à-cheval, ouvrage du règne de Louis XIII d’après un modèle de la Renaissance. Celui-ci est du à Jean Androuet du Cerceau. Palais tentaculaire, le château de Fontainebleau fait la synthèse de l’architecture en France, du XIIe au XIXe siècle.

◊◊◊◊

L’époque médiévale

Le château de Fontainebleau s’est développé à partir du donjon qui témoigne des origines médiévales du bâtiment. Celles-ci sont probablement antérieures à la présence royale mais c’est bien depuis la chambre du Roi, longtemps située au première étage (actuelles salles Saint-Louis), que s’exerce le pouvoir.

La Renaissance

La façade de l’aile de la Belle Cheminée, due au Primatice, l’habillage des façades et le tracé régularisé de la cour Ovale qui délimite l’ancienne enceinte médiévale constituent aujourd’hui les signes les plus forts de l’architecture de la Renaissance au château de Fontainebleau.

Le XVIIe siècle

La dernière campagne de travaux d’agrandissements du château date du règne d’Henri IV qui fit de Fontainebleau sa résidence favorite après le Louvre. Tout au long du XVIIe siècle les séjours de la cour sont jalonnés d’événements décisifs.

Le XVIIIe siècle

Les cérémonies du mariage de Louis XV et de Marie Leszczynska, célébré dans la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau, constituent sans nul doute l’événement le plus important du XVIIIe siècle.

Le Premier Empire

Trois séjours de la cour impériale semblent renouer avec le faste des voyages de l’Ancien Régime. Pourtant, s’il ne fallait retenir qu’une image du règne de Napoléon Ier, ne serait-ce pas celle des Adieux à la garde, au pied du célèbre escalier en Fer-à-Cheval ?

La Restauration et la Monarchie de Juillet

Sous les règnes de Louis XVIII et Charles X, la cour séjourne peu à Fontainebleau. ous Louis-Philippe a lieu une campagne de restauration générale du château, à l’occasion du mariage du duc d’Orléans avec la princesse Hélène de Mecklembourg-Schwerin.

Le Second Empire

Renouant avec les voyages de l’Ancien Régime et les séjours de son célèbre oncle, Napoléon III organise la fête impériale au château de Fontainebleau.

Trois chapelles desservent le château de Fontainebleau.

La chapelle primitive est celle de la cour Ovale placée sous le vocable de saint Saturnin. Il s’agit d’une chapelle double, construite sur deux niveaux à partir du règne de François Ier. A la même époque, celle de l’ancien couvent des Trinitaires ouvrant sur l’actuelle cour d’Honneur est reconstruite.

Le pavillon de l’Étang.

Construit en 1662, par Le Vau en contrepoint du Grand Parterre de Le Nôtre, le pavillon à pans a été restauré en 1807, lors des aménagements préalables à la création du jardin Anglais.

Le parc

D’une superficie de 130 hectares et étendu au delà du dénivellé du bassin des Cascades, le parc marquait autrefois, à l’est, les limites du domaine royal. Depuis le village d’Avon il était traversé par la principale voie d’accès au château. Sa configuration actuelle, l’organisation du réseau d’allées en étoile et de cascatelles, résulte de la création du canal sous Henri IV (1606-1609).

Le Grand Parterre

La création du Grand Parterre de 1660 à 1664, le plus vaste d’Europe de 11 hectares par André Le Nôtre et Louis Le Vau est le principal aménagement de Louis XIV à Fontainebleau. Les broderies de buis de ce jardin à la française ont disparu sous Louis XV. Subsistent le tracé général des compartiments d’herbes, les bassins ornés de statues, dont celui des Cascades (XVIIe et XIXe siècles), regardant à l’est vers le Canal d’Henri IV. Au midi, du côté de la forêt, le rond d’eau est orné d’une statue du Tibre.

Le jardin de Diane

Ancien jardin réservé de la Reine, ce jardin était jusqu’au XIXe siècle fermé par des bâtiments dont la destruction, suivie de l’achat d’une bande de terrain complémentaire, a permis l’agrandissement du côté de la ville. Paysager à l’Anglaise, il tire son nom d’une fontaine créée sous Henri IV et ornée d’une statue de Diane.

◊◊◊◊

Festival d’Ile de France – Tabous : Musiques et Interdits

FONTAINEBLEAU

Le 05/10/2014VOIX D’IRAN Grand pays de tradition musicale, l’Iran a depuis la Révolution laissé bien peu de place à ses artistes féminines. Nombreux sont les genres musicaux, notamment contemporains, qui leur restent aujourd’hui encore interdits, et si la musique traditionnelle leur offre une relative liberté de s’exprimer devant un public, c’est sous couvert d’autorisations exceptionnelles.

Considérée comme l’une des plus belles voix du chant persan, Parissa n’a jamais quitté sa ville de Téhéran. Elle se consacre inlassablement à faire vivre et connaître l’absolue richesse d’un répertoire classique inépuisable. Largement inspirée par les poètes de son pays, c’est avec une grande harmonie et une infinie clarté dans l’intonation que Parissa transmet ces textes et ces poèmes où le sacré et le lyrisme se mêlent. Elle y exhale les plus purs sentiments d’amour et de passion, ceux d’une littérature classique dont se nourrissent les Iraniens, y compris les jeunes générations.
Au-delà de la langue, c’est avec sa voix envoûtante et le jeu de ses mains que Parissa exprime, dans une précision rythmique et musicale accomplie, les sentiments de violence et de douleur, l’incarnation d’un amour sacré et profane.
Magistralement accompagnée par le percussionniste de renom, Madjid Khaladj, et le jeune joueur de târ, Iman Vaziri, la chanteuse nous emmène vers l’audace et la liberté de son art.

PARISSA
Chant
Iman Vaziri, târ
Madjid Khaladj, tombak

Musique classique iranienne.
Une voix virtuose célèbre les poésies mystiques de Rûmî, Hafez, Saadi et Attar.

En coréalisation avec le Théâtre municipal de Fontainebleau.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s